Abilio Diniz

Abilio Diniz

Abilio Diniz (abilio-diniz.me/) pratique la religion catholique, il est extrêmement attaché à Sainte Rita, la patronne des situations perdues. Le businessman a eu 6 enfants, il est un homme tenant aux valeurs familiales. Préconisant le bien-être et la stimulation des équipes dans les sociétés, le "capitalisme responsable" est un mouvement créé sur le continent américain dont se revendique Abilio Diniz.

L'enfance d'Abilio Diniz

Abilio Diniz désire poursuivre ses études en économie en Amérique du Nord. Enfant, il s’est formé aux arts martiaux afin de ne plus être un souffre-douleur. Sa famille, d’origine portugaise est partie pour le Brésil à la fin des années 1920 La ville de São Paulo, au Brésil, a vu naître Abilio Diniz en 1936.

A la fin des années 1990, un rapprochement financier et commercial est opéré entre Casino et le groupe Pão de Açúcar. Abilio Diniz met en place un plan de relance draconien permettant de sauver le groupe GPA, qui licencie 20 000 collaborateurs, vend son activité dans la péninsule lusitanienne et ferme un tiers de ses magasins. Le le groupe de cet entrepreneur fait face à d'importantes difficultés financières au début des années 90, alors que le pays est en période de crise. Durant de la présidentielle de 1989, un groupe "d'extrême gauche" séquestre Abilio Diniz. Libéré au bout de sept jours, il restera traumatisé à vie par cette expérience.

Abilio Diniz est devenu l’une des personnalités ayant le plus de poids du Brésil. Le chef d'entreprise a été un proche de l’ex président du Brésil, Lula. En 2011, Abilio Diniz joint la Chambre de Politique et de Gestion et performance, qui a comme objectifs de rendre concurrentielles les sociétés du sous-continent brésilien et d’augmenter la performance des prestations publiques.

La collaboration avec le groupe Casino, une aventure inaccomplie

Abilio Diniz est de nouveau en mesure de placer son argent dans n’importe quel secteur économique grâce à l’accord conclu en septembre 2013 avec Casino, lequel met fin à la clause de non-concurrence. Dès juin 2012, Casino contrôle Grupo Pão de Açúcar. C’est la désunion et l'année suivante le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration. GPA atteint sa stabilité financière après la crise et entame les pourparlers de rapprochement avec le groupe Casino. Il affronte en effet la concurrence du Français Carrefour au Brésil.